Le bateau qui dépollue les océans de plusieurs tonnes de plastique par jour : The Interceptor

Une association néerlandaise œuvrant à la protection de l’environnement a mis au point un navire de ramassage des ordures dans les cours d’eau, nommé The Interceptor. Cette invention révolutionnaire, capable d’enlever plusieurs tonnes de déchets par jour, pourrait bien constituer un instrument clé pour relever l’un des plus grands défis de l’époque actuelle : endiguer la pollution plastique de nos océans.

Une invention révolutionnaire

Après plusieurs années de conception, l’organisation non-gouvernementale The Ocean Cleanup a enfin annoncé des résultats encourageants pour son projet : la création d’un dispositif visant à dépolluer les mers et les océans. Son fondateur, Boyan Slat, a en effet déclaré le 2 octobre dernier que le bateau avait ramassé pour la première fois avec succès du plastique dans l’Océan Pacifique. Le système était en phase test depuis l’année dernière, de manière à optimiser ses performances de nettoyage. Après la correction de quelques défauts, The Interceptor 2.0 est aujourd’hui effectif et capable de ramasser jusqu’à 50 tonnes de déchets par jour.

Concrètement, il s’agit d’une péniche flottante qui tracte une sorte de barrière en arc de cercle de 24m de long, équipée d’une jupe de 3m de profondeur au-dessous. L’appareil est ainsi capable d’intercepter un maximum de déchets en surface, mais également en profondeur. Ils sont ensuite déversés dans l’une des six bennes à ordures, d’une capacité totale de stockage de 50m3. Une fois remplies, l’ordinateur de bord envoie une notification aux opérateurs locaux pour qu’ils les vident assez aisément. Ce système bien rodé permet finalement de ratisser les océans de façon simple et efficace, d’autant plus que The Interceptor est entièrement autonome et fonctionne exclusivement à l’énergie solaire.

Le grand nettoyage des océans

À l’heure actuelle, deux de ces machines sont en service : l’une en Indonésie et l’autre en Malaisie. Une troisième est en cours de développement pour être envoyée au Vietnam et un dernier modèle, qui pour le moment est exposé à la presse au port de Rotterdam, sera ancré en République Dominicaine. Il s’agit globalement d’intervenir sur les cinq grands vortex de déchets localisés dans les océans, connus de tous sous le nom de continents plastiques. Le plus important, la grande zone d’ordures du Pacifique, s’étend entre la Californie et Hawaii sur une surface de trois fois la France.

Disposés stratégiquement dans les quatre coins du monde, ces appareils vont servir non seulement à ramasser les déchets déjà présents, mais surtout à éviter que d’autres ne s’y ajoutent. Pour ce faire, il faut dépolluer les rivières qui affluent dans les océans. The Ocean Cleanup ambitionne donc de traiter, d’ici 2025, les 1000 cours d’eau qui sont à l’origine de 80% de la pollution plastique mondiale. Premier allié dans ce grand challenge, The Interceptor est tout de même amené à être amélioré au fil du temps, l’objectif final étant d’être en mesure de recycler cette quantité colossale de déchets plastiques.

 

Il n'y a pas de commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ecrivez votre recherche puis taper sur Entrer

Shopping Cart