L’origine de l’élection des Miss ?

miss-élection

Célèbre concours annuel, Miss France à non seulement pour but d’élire « la plus belle femme française » parmi des miss des différentes régions, mais il fait également office de qualification pour Miss Univers ou Miss Monde. Plus qu’un concours, c’est l’occasion de voir fleurir des polémiques et de constater l’évolution des mentalités en France et dans les médias.

L’origine de l’émission

Le concours Miss France existe depuis bientôt un siècle. C’est avec l’écrivain Maurice de Waleffe, directeur du quotidien Paris-Midi, que l’événement voit le jour en 1920, alors intitulé « La plus belle Femme de France ».

C’est Guy Lévy qui préside le premier le comité du concours, il est ensuite repris, en 1981, par Geneviève de Fontenay, ancienne mannequin et élue Miss Elegance en 1957.
Diffusé à partir de 1987 à la télévision, Miss France a ensuite inspiré la création de Miss Europe et de Mister France.

La marque « Miss France » appartient aujourd’hui à la société Miss France, une filiale du groupe Endemol France. Son président est Nicolas Copperman et sa directrice générale, qui a remplacé Xavier de Fontenay en 2007, est Sylvie Tellier, Miss France 2002.

Les critères du concours

Comme dans toute compétition, les candidates sont soumises à un certain nombre de règles pour pouvoir participer.

Elles sont douze, sélectionnées parmi les Miss des régions, selon des critères portant notamment sur le physique et le comportement. Pour être éligible Miss France, il faut être de sexe féminin, née de nationalité française, avoir entre 18 et 24 ans, mesurer au moins un mètre soixante-dix et avoir un casier judiciaire vierge.

Il y a également plusieurs interdits pour les candidates. Elles ne peuvent pas être en couple, divorcées ou veuves. Les jeunes femmes doivent également se garder de se faire tatouer des pièces imposantes ou d’avoir recours à de la chirurgie esthétique (non réparatrice).
Enfin, il est nécessaire qu’elles aient une image publique neutre, c’est-à-dire ne pas avoir de lien avec de la propagande religieuse ou politique. Dans la même idée, elles ne doivent pas avoir été modèle pour du contenu érotique ou incluant de la nudité.

Les polémiques autour de l’émission

Miss France fait débat, car il s’agit d’un concours se targuant d’élire « la plus belle femme de France ». Si les mentalités évoluent (on pense notamment à la possible participation de femme trans prochainement), ce genre d’événement provoquera toujours l’émoi du public.

On peut citer l’exemple de Corinne Coman, Miss France 2003. Paris Match avait à cette époque refusé de la diffuser à sa une en France (mais seulement dans l’édition d’outre-mer et pour les pays francophone) en raison de sa couleur de peau.

L’émission a également été accusée de grossophobie en 2019, suite à l’éviction d’Amandine Billoux du concours Miss Auvergne. Le comité lui aurait clairement indiqué que son physique posait problème. Cette affaire a été reprise dans la presse locale puis par la télévision, forçant Sylvie Tellier à réagir en affirmant que le jury n’avait pas à se justifier.

Il n'y a pas de commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ecrivez votre recherche puis taper sur Entrer

Shopping Cart