L’homme moderne aurait tout d’abord vécu au Botswana selon des chercheurs

L’homme moderne aurait tout d’abord vécu au Botswana. C’est en tout cas ce qu’affirme un article issu de la prestigieuse revue Nature publié en octobre. Il s’agirait donc la “patrie ancestrale” de l’homme moderne. Cette découverte nous permet d’en savoir plus sur l’histoire de notre espèce et ouvre la porte à de nouvelles recherches.

L’utilisation de l’ADN comme mémoire de notre histoire

Pour en arriver à cette conclusion, une équipe de chercheurs composée notamment de Vanessa Hayes a travaillé sur la généalogie génétique et des connaissances actuelles. En effet, le Sud de l’Afrique est considéré depuis longtemps comme l’origine de l’homme moderne, aussi appelé Homo sapiens sapiens. Les chercheurs sont partis de cette information pour analyser les génomes mitochondriaux des populations vivant actuellement dans la région.

En effet, les génomes mitochondriaux permettent de retracer efficacement la généalogie maternelle. Les résultats de ces tests ont permis de mettre en avant le fait qu’un très ancien lignage génétique était encore porté par les populations vivant dans ces zones. Il est appelé “L0”. Des analyses ont alors permis de simuler le passé en s’appuyant sur ces résultats. Sur la population étudiée, un ancêtre commun a alors été mis en évidence. Il s’agit d’un membre d’un peuple de chasseurs-cueilleurs, les Khoïsans. L’étude affirme donc que tous les Hommes vivant actuellement sur Terre partagent ce même ancêtre sur leur arbre généalogique. Elle affirme également que cet ancêtre vivait dans l’actuel Botswana, situé au Nord de l’Afrique du Sud.

Ces conclusions ont donc vu le jour en se servant de l’ADN comme d’une véritable horloge à remonter dans le temps. Selon la chercheuse Vanessa Hayes, il s’agit effectivement d’une sorte de mémoire de notre histoire.

Une histoire désormais plus précise

Ce résultat nous permet désormais de mieux retracer l’histoire de l’être humain. En effet, on saint maintenant que nos ancêtres ont vécus dans l’actuel Botswana il y a 200 000 ans. Près de 130 000 années plus tard, ils ont migré vers le nord-est et le sud-ouest. En effet, c’est à ce moment que le climat a commencé à changer. Cela est vraisemblablement dû à une modification de l’orbite terrestre. La région était alors humide et prospère.

Des études géologiques ont également prouvé qu’elle abritait un lac d’une superficie immense, le lac Makgadikgadi, qui s’étendait sur plus de 88 000 km². À la suite du changement climatique, la région s’est asséchée et est devenu désertique. Elle abrite aujourd’hui le Kalahari. C’est suite à ces premières migrations que l’Homo sapiens sapiens a commencé à migrer hors d’Afrique, et notamment en Europe et en Asie. Une faible partie de la population d’alors est restée sur place en s’adaptant. C’est leurs descendants qui ont permis de retrouver des traces du lignage génétique “L0” qui a servi de base à l’étude. Ces descendants parlaient d’ailleurs un langage proche, en connotations, des langages les plus anciens connus à l’heure actuelle. Cette découverte nous permet donc de faire un pas de plus vers la compréhension totale de notre passé et notre Histoire. Elle conforte également les anciennes études qui prouvaient que l’homme s’était développé en premier lieux en Afrique.

 

Il n'y a pas de commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ecrivez votre recherche puis taper sur Entrer

Shopping Cart