Page d'accueil www.kiriasse.fr
Le violoniste amateur autodidacte

À propos de la double corde

Dernière modification de cette page : mercredi 23 novembre 2016.
 CONTACT 

 Le plus souvent, si l'on joue comme tuttiste dans un orchestre, on ne fait pas de doubles cordes. Elles sont « divisées », ce qui signifie qu'un violoniste joue la note du haut tandis qu'un autre joue celle du bas. Il en résulte, pour nous dont la principale expérience a été de jouer dans un orchestre symphonique amateur pendant plusieurs années, que nous ne maîtrisons pas bien les doubles cordes, ce qui constitue évidemment une lacune regrettable... parmi d'autres .

 S'exercer à faire des doubles cordes présente un intérêt pédagogique certain pour l'apprentissage du violon en général : apprendre à jouer sur deux cordes à la fois, en alternance avec le jeu habituel sur une seule corde, rend plus précise la perception et la mémorisation de la position de chaque corde. Cela devrait permettre, au bénéfice évident de la qualité du son, de réussir à éviter avec plus d'assurance (quand on joue sans doubles cordes), l'effleurement redouté de la corde voisine de celle sur laquelle on doit jouer.

 Parmi les partitions présentes sur ce site internet, la partie violon du trio n°39 (dit « Gypsy) de Joseph Haydn  peut constituer un exercice utile et agréable pour découvrir quelques doubles cordes.

 Voir ces trois vidéos didactiques intéressantes et utiles :
  1. https://www.youtube.com/watch?v=YRyaHNbUM80 

  2. https://www.youtube.com/watch?v=hI1zzOp9bj8 

  3. https://www.youtube.com/watch?v=HdI-ne-4KEA .
    N.B. Ouvrir et imprimer la partition donnée en exemple  dans cette troisième vidéo.
 Il est conseillé de se procurer les « études préparatoires pour les doubles cordes », Sevcik opus 9 , dont il est question dans la seconde vidéo.

 On y trouve, avant les études à travailler, des observations, conseils et explications dont, à notre avis, on doit surtout retenir ce qui suit :
  • S'efforcer de placer les doigts simultanément (mais, au début, on peut les placer l'un après l'autre).

  • En général, il convient de prendre appui sur le « doigt supérieur » (celui qui est le plus éloigné du sillet) de la double corde. Ainsi, on atteint ensuite plus facilement la position du « doigt inférieur » (celui qui est le plus près du sillet).
    N.B. Pratiquement, cela nous a donné un « truc » qui nous aide personnellement assez efficacement à bien jouer les doubles cordes : nous nous efforçons, au moment précis du jeu de la double corde, de « penser » la note du doigt supérieur avant de « penser » celle du doigt inférieur.

  • Lors de l'exécution de la double corde, la vitesse de l'archet et sa position par rapport au chevalet sont nécessairement les mêmes sur les deux cordes mais la pression de l'archet (qui a priori doit être deux fois plus forte que lorsque l'on joue sur une seule corde) peut devoir être différente sur chacune des deux cordes. En effet, pour l'obtention d'un volume égal sur chacune, il faut tenir compte des différences d'épaisseur, de tension et de timbre de ces deux cordes.

  • Il faut savoir (comme c'est évoqué au début de la première vidéo) que le jeu d'une double corde peut produire un troisième son (appelé « son différentiel ») dont la hauteur est déterminée par la différence des fréquences des deux notes jouées. Si ce troisième son apparaît indésirable, on doit pouvoir le supprimer en modifiant légèrement (avec contrôle du résultat à l'oreille) de quelques commas la hauteur de l'une des deux notes de la double corde. Cela n'est pas sans rappeler la technique de la « scordatura » dont il est question en haut de la page 'accordage.html'  (mais ici ce n'est pas l'accordage de la corde que l'on modifie mais la position d'un doigt).