Page d'accueil 
(« Le violoniste amateur autodidacte »)
Messe de minuit
Marc-Antoine Charpentier (biographie )

Dernière modification : mercredi 11 novembre 2015.

Rappel : une méthode de travail « artisanale » proposée à tout apprenti musicien autodidacte sachant se servir de façon élémentaire d'un ordinateur, d'une imprimante et de quelques logiciels.
Chronologie 

 
 Voir : http://www.guideclassique.com/charpentier-messe-de-minuit-noel/ : « La réussite de la messe de Noël de Charpentier repose sur l’alliance du sacré et du profane, de la magnificence des savantes polyphonies vocales et de l’ingénuité des mélodies populaires. Comme de nombreux compositeurs de son époque, il a utilisé comme bases mélodiques des noëls, airs populaires qui siéent bien plus aux célébrations sincères et naïves d’un peuple de paysans qu’à celles plus fastueuses de la Capitale. Chaque section de la messe comprend un ou plusieurs noëls , par exemple, le Kyrie qui ouvre la messe est basé sur "Joseph est bien marié" ».
Cette première partie est appelée ci-dessous, par commodité, « Kyrie_Joseph ».
On trouve ensuite « Kyrie_pucelle » puis « Gloria_bourgeois_bergers ».

 Vidéos sur 'Youtube' :
     - https://www.youtube.com/watch?v=GmX6HMT9PcE 
     - https://www.youtube.com/watch?v=DXoAQbT00rI&list=RDDXoAQbT00rI#t=1585 
     - https://www.youtube.com/watch?v=tJ9Ycy3GVOI&list=RDDXoAQbT00rI&index=2 

 Les partitions imprimables (au format PDF) présentées ci-dessous sont destinées aux quatre instruments suivants (qui étaient représentés dans un ensemble instrumental éphémère) : violon, flûte, violoncelle, clarinette Si bémol (1).
    (1) N.B. La clarinette Si bémol est un instrument dit transpositeur  : la note émise est un ton plus bas que la note écrite sur la partition (par exemple, le Do devient le Si bémol). À noter que le logiciel de musique « Pizzicato » que nous utilisons peut être très facilement configuré pour que chaque note de la partition Clarinette soit émise un ton plus bas (sans qu'il soit nécessaire de récrire la partition en la transposant).
 C'est ce logiciel « Pizzicato »  (version « Pizzicato Professionnel ») qui a permis de réaliser des fichiers WAV (qui ont été ensuite, d'un clic de souris, transformés en MP3 en utilisant le logiciel gratuit « Audacity » ). Le tempo qui a été choisi est de 60 blanches par minute (pour les parties en C barré) ou de 120 noires par minute (pour la partie en 3/4 du Gloria). C'est un tempo moyen qui doit permettre par la suite d'adopter si nécessaire (en jouant ces partitions sans écouter les MP3), un tempo plus lent ou plus rapide. Et « Pizzicato » permet en quelques secondes de créer si on le juge utile, à partir des fichiers PIZ de saisie, de nouveaux enregistrements audio WAV (convertibles en MP3) à un tempo différent.
    N.B. On peut aussi créer avec « Pizzicato » des fichiers MIDI mais, à notre avis, l'utilisation des fichiers MIDI n'est pas aussi pratique pour l'apprenti violoniste désireux de déchiffrer et de travailler une partition que celle des MP3. Voir ci-dessous un exemple de fichier MIDI (« Gloria_bourgeois_bergers ») qui peut être écouté depuis cette page, ouverte avec Microsoft Internet Explorer (ça ne fonctionne pas avec tous les navigateurs) :


 Travailler une partition au violon en écoutant un enregistrement audio émis par son ordinateur n'est guère commode. C'est pourquoi il est conseillé de graver les MP3 sur un CD audio. On peut utiliser le logiciel gratuit « CDBurnerXP »  (et nous préférons les CD-RW car ils peuvent être effacés et réutilisés plusieurs fois). On pourra ainsi écouter les MP3 depuis un lecteur de CD audio. Il est souhaitable que ce lecteur puisse être commandé à distance depuis son pupitre à l'aide d'une télécommande et qu'il puisse être configuré aisément afin d'émettre chaque piste « en boucle ».


NÉCESSITÉ DE « PENSER À DEUX TEMPS » LE JEU D'UNE PARTITION EN C barré.

 C'est à notre avis (sauf évidemment pour un musicien très expérimenté) la seule véritable pierre d'achoppement de ces partitions qui ne présentent pas par ailleurs de grandes difficultés techniques : en particulier, tout peut-être joué en première position et le tempo ne doit pas être très rapide. Cela devrait donc permettre de bien se concentrer sur l'acquisition (s'il en est besoin) de la maîtrise du rythme. Le choix des coups d'archet (tirés et poussés) est important de ce point de vue. Ceux que nous avons prévus pourront être revus si nécessaire.

 Ces difficultés rythmiques ont pour effet d'accroître le risque de provoquer des décalages. Et moins on est nombreux dans un même pupitre, plus c'est difficile de les éviter : c'est pourquoi il est souhaitable que d'autres musiciens s'inscrivent.

 Écouter plusieurs fois attentivement les enregistrements MP3 présentés plus bas du jeu des partitions de Marc-Antoine Charpentier, en suivant attentivement sur la partition la mélodie et les bips du métronome (deux bips par mesure) est une bonne méthode de travail, en particulier, pour s'habituer à bien « penser à deux temps » des partitions prévues en C barré. Musicalement c'est important car le résultat n'est pas exactement le même si la battue est à quatre temps (C ou 4/4 : 4 noires par mesure) et non à deux temps (C barré ou 2/2 : 2 blanches par mesure).

 On pourrait être tenté de s'inspirer d'une méthode de travail qui permet l'acquisition puis la consolidation d'automatismes rythmiques, méthode de travail (souvent associée au nom de
Maurice Martenot et de ses sœurs) qui, bien comprise et bien utilisée, peut certainement conduire à une véritable autonomie. Cette méthode consiste, en lisant sa partition (avant même de la jouer au violon), à prononcer (à voix haute ou intérieurement), des expressions mnémotechniques (une syllabe par pulsation) comme « ron-de-lon-gue » pour une ronde, « blan-che » pour une blanche, « noir' » pour une noire, « croch' » pour une croche (« croch' » étant prononcé deux fois moins longtemps que « noir' »), « tri-o-let » pour un triolet, « sau-te » pour une croche pointée suivie d'une double croche (ou une noire pointée suivie d'une croche), « 2-croch' » pour deux croches, « qua-tre-dou-bles » pour quatre doubles croches, « chut » pour un silence, etc.

Voir 'travail_rythmique.html'.

N.B. Le petit trait rouge correspond au bip du métronome.
 Mais, à moins de rebaptiser les notes mentalement (la ronde devenant une blanche, la blanche devenant une noire, la noire une croche et la croche une double croche), la méthode précédente n'est guère applicable à des partitions en C barré pour lesquelles le temps correspond à une blanche et non à une noire et il faut donc avoir recours à une autre méthode de travail adaptée.

 En fait, il faut écouter attentivement, encore et encore, l'enregistrement MP3 du jeu de la partition jusqu'à ce que l'air que l'on peut chanter en même temps dans sa tête par lecture de la partition soit, rythmiquement, très précisément, conforme à ce MP3 : de toute évidence, tant que ce n'est pas le cas, on ne pourra pas jouer cette partition au violon sans se tromper. Cela revient en fait à apprendre par cœur la mélodie du point de vue rythmique.

 À chaque fois que l'on constate un décalage rythmique entre la mélodie chantée intérieurement et celle donnée par l'enregistrement MP3, il convient de s'interroger sur les raisons qui peuvent expliquer l'erreur que l'on a commise. Puis d'inventer un « truc » efficace de remédiation. Seuls ces « trucs » pourront permettre de déchiffrer le mieux possible une partition en C barré que l'on découvre pour la première fois et pour laquelle on ne dispose pas encore d'enregistrement MP3.

Ci-dessous, quelques exemples de risques potentiels de décalage rythmique (et suggestions (1) de « trucs » mnémotechniques de remédiation réinvestissables dans d'autres situations comparables).

(1) Il ne s'agit bien que de « suggestions » dont il faut surtout retenir les principes d'une méthode permettant d'acquérir l'autonomie, par des procédés, à utiliser quand c'est nécessaire, qui permettent de créer des automatismes : chacun se doit d'inventer pour lui-même les « trucs de remédiation » (*) qui lui conviennent et qui lui permettront de réussir à lire et à chanter mentalement une partition en C barré sans commettre d'erreurs rythmiques (l'audition de l'enregistrement MP3, en même temps que la lecture mentale de la partition, permet de bien se contrôler et de tester l'efficience des « trucs » adoptés).
    (*) N.B. Ce que l'on peut surtout reprocher à la plupart des professeurs de violon, c'est d'arrêter l'apprenti violoniste quand il commet une erreur (erreur dont, le plus souvent, s'il est un peu attentif, il peut prendre conscience par ses propres moyens) mais sans lui suggérer quelque procédé de remédiation lui permettant de ne plus se tromper. Tout se passe comme si nombre de professeurs de musique pensaient, consciemment ou inconsciemment, que leur savoir-faire est de nature innée. Ils ne comprennent pas spontanément que des personnes qui n'ont pas pu bénéficier au cours de leur histoire d'un enseignement musical en conservatoire (ce qui est le cas pour l'immense majorité de nos compatriotes) puissent éprouver des difficultés là où cela est devenu pour eux évident (voir 'conditions_apprentissage_violon.html' ).

Un bon violoniste qui nous fait l'amitié de nous donner de temps en temps des conseils par courriel et qui a lu cette page nous a écrit : « Je ne suis pas sûr de bien comprendre ce que vous appelez vos “trucs rythmiques”... Si je ne me trompe, vos “trucs” sont à quatre temps, or, ce qui est difficile, c’est de tout penser à deux, non ? ».
           
 Notre réponse a été en gros la suivante : « Je n’utilise pas systématiquement les “trucs rythmiques” que je suggère. Je ne le fais que lorsque je sens que j’ai besoin, en quelque sorte, de ce que l'on pourrait appeler un “parachute”, une “bouée de sauvetage” ou des “roues stabilisatrices” ».

 Ce recours est de moins en moins nécessaire à mesure que l'on « s’approprie » une partition en C barré. Ces « trucs » ne sont pas à quatre temps mais à deux temps. Dans les enregistrements MP3 donnés plus bas, chacun des deux temps est marqué par un bip de métronome. Dans une mesure dite « simple » ou « binaire », chaque temps peut être divisé mentalement en deux demi-temps. Et chaque demi-temps peut être mentalement divisé en quarts de temps... Parvenir à maîtriser mentalement ces « subdivisions » qui ne doivent pas être « pensées » comme des temps demande un certain entraînement. Lorsque l'on n'a plus besoin de ces « trucs », c'est que l'on est parvenu à « penser à deux temps » les mesures en C barré, de façon devenue instinctive alors que cela pouvait sembler impossible ou très difficile au départ. Nous concevons donc ce travail comme une étape dans cet apprentissage.

 Pour bien comprendre ces exemples et expérimenter les « trucs » de remédiation suggérés, il est peut être à conseiller d'imprimer la première page de la partition violon du Gloria avec suggestions de « trucs » rythmiques afin de l'avoir sous les yeux en écoutant l'enregistrement MP3. : 'gloria_avec_trucs_rythmiques.pdf' .

 On pourra ensuite (quand on saura chanter mentalement les « trucs » rythmiques sans les voir écrits), écouter l'enregistrement MP3 en suivant sur une partition imprimée dépourvue de ces indications rythmiques : 'gloria.pdf' .

 Écouter l'enregistrement MP3 (tempo de 60 blanches par minute).

 Les exemples donnés ci-dessous permettent de définir un certain nombre de conventions d'écriture des « trucs » mnémotechniques suggérés.

MESURE 1 : pour cette mesure, constituée de quatre noires, on peut chanter intérieurement « Do Do Mi Fa » au rythme d'un demi-temps par note : le métronome émet un Bip pour la première note (Do) et un bip pour la troisième note (Mi).
Conventions d'écriture : quand une note suit une noire (qui dure un demi-temps), on écrit après une espace ce qui correspond à son nom. Quand une note suit une croche (qui dure un quart de temps), on écrit sans espace ce qui correspond à son nom.
  

MESURE 2 : pour cette mesure (noire pointée, croche, noire, noire) on chantera intérieurement « Sol olSolSol La » (« Sol ol » correspond à la noire pointée). Noter l'espace entre « Sol » et « ol » et entre « Sol » et « La ».
Convention d'écriture : on peut considérer que la noire pointée équivaut à une noire suivie d'une croche avec liaison (dite de prolongation : la deuxième note n'est pas attaquée et sert simplement à prolonger la durée de la première). C'est pourquoi le nom de la croche (qui correspond au point de la noire pointée) s'écrit « ol » et non « Sol ». La 3e note suit une croche donc son nom est collé à cette croche : « olSol ». Et la noire pointée s'écrit « Sol ol » avec une espace entre « Sol » et « ol » puisque « Sol » est une noire.
  

MESURES 4 et 5 : on peut avoir la tendance fautive à raccourcir la durée des deux notes La liées (en raccourcissant par erreur le La du 2e temps de la mesure 4 et/ou le La du 1er temps de la mesure 5).
Remède suggéré : on chantera : « Do Si La a a a Sol ol » (1).
Ou bien (si l'on préfère) : « Do Si La 2 3 4 Sol ol ».
(1) « La a a a » correspond aux deux notes La liées. Dans l'ordre : « La » correspond à la première moitié du 2e temps de la mesure 4, « a » à la deuxième moitié de ce 2e temps, « a » à la première moitié du 1er temps de la mesure 5, « a » à la deuxième moitié de ce 1er temps.
D'autre part, prononcer « a » au lieu de « La » ou « ol » au lieu de « Sol » rappelle qu'il faudra, au violon, bien lier les notes (La La ou Sol Sol), sans interruption du son entre les deux.
  
MESURES 6 et 7 : de façon comparable au cas précédent, il convient de chanter intérieurement :
« Sol ol Sol ol ol Sol Sol Sol »
  
MESURES 8 et 9 : on pourra chanter intérieurement « Sol ol ol ol » pour le Sol (ronde) de la mesure 8, puis « Do o » pour le Do (blanche) du premier temps de la mesure 9, puis « Do Ré » pour les deux notes (noires) du deuxième temps de la mesure 9.
Pour la mesure 8, on peut aussi, si l'on préfère, chanter par exemple : « Sol 2 Et ».
« Sol » est une blanche qui correspond au premier temps.
« 2 Et » correspond au deuxième temps (le « Et » ayant pour effet de permettre de bien prolonger jusqu'à son terme ce deuxième temps qu'on peut avoir tendance à raccourcir fautivement).
  

MESURES 13, 14, 15 : la blanche pointée peut être considérée comme trois noires liées : on pourra donc chanter intérieurement pour ces trois mesures : « Ré é é MiFaMi i i i Chut ».
On écrit MiFaMi (sans espaces) puisque Mi et Fa sont des croches.
« Chut » correspond au début de la mesure 15 (silencieuse) et rappelle l'instant précis où il faut arrêter le son (immobiliser l'archet) du Mi (ronde) qui précède.
N.B. Une autre façon de procéder pour s'assurer de bien respecter la durée des deux temps de cette ronde est de compter mentalement « Un Et Deux Et Chut », le « Chut » coïncidant avec le premier temps de la mesure 15.
  
MESURE 16 : le Mi correspond à la 2e moitié du 1er temps. Il peut être suggéré de chanter intérieurement pour cette mesure « Un Mi La Si » (le « Un » correspond à la première moitié silencieuse du 1er temps).
  
MESURE 20 : pour cette mesure (une noire, deux croches, une noire, deux croches), ce qui doit être chanté intérieurement s'écrit : « Fa SolLaSol LaSol ».
Bien noter les espaces entre « Fa » et « SolLaSol » et entre « SolLaSol » et « LaSol ».
  
MESURES 20 à 26
      
La façon d'écrire ce qui doit être chanté intérieurement (espace après le nom d'une noire, pas d'espace après celui d'une croche) peut permettre de visualiser le rythme :
« Fa SolLaSol LaSolSol MiMiLa Si Do SiSiDo Ré Sol Sol Sol Ol Ol SolFaMiMiFaSolFaFaSolLaSol LaSolSol Sol Mi Sol ».

L'utilisation de crochets peut rendre cela plus visible :
Fa [SolLaSol] [LaSolSol] [MiMiLa] Si Do [SiSiDo] Ré Sol Sol Sol Ol Ol [SolFaMiMiFaSolFaFaSolLaSol] [LaSolSol] Sol Mi Sol
 

MESURES 57 et 58 : pour les notes du haut, le Mi (blanche) correspond au premier temps de la mesure 57 et le mordant (voir définition ), Ré-Mi-Ré ici, doit démarrer précisément sur le deuxième temps de la mesure 57.
Pour ces deux mesures 57 et 58, on pourra donc chanter intérieurement :
« Mi i RéMiRé DoDo o Chut ».

Rappel : écrire « RéMiRé » et « DoDo » (sans espaces) indique qu'il s'agit de croches (quarts de temps). S'il s'agissait de noires (demi-temps), on écrirait les notes séparées par une espace.
  

 Pour apprendre à surmonter toutes ces difficultés, il faut travailler en lisant mentalement la partition imprimée et en écoutant attentivement l'enregistrement MP3 afin de ne plus renouveler toute erreur que l'on pourra détecter. Il s'agit de parvenir à créer des automatismes efficients.

 Ce travail doit finalement conduire à connaître par cœur la partition du point de vue rythmique et à rendre alors inutile, pour cette partition, le recours systématique aux « trucs » mnémotechniques évoqués.

 Ne plus avoir le souci du rythme, devenu automatique, devrait alors permettre de s'attacher davantage à la la musicalité (nuances, qualité du son), sans oublier qu'il n'y a pas de musique sans abandon contrôlé de la rigueur de la mesure .
 


PARTITIONS ET ENREGISTREMENTS MP3

1. Kyrie_Joseph

 Partitions imprimables au format PDF pour violon, flûte, violoncelle et clarinette Si bémol.

 Enregistrements MP3 de travail.
    La 440 Hz - Tempo 60 blanches / min.

    1) Violon seul (du début à la mesure 9).


    2) Violon seul (de la mesure 17 à la mesure 43).


    3) Violon seul (de la mesure 46 à la fin).


    4) Violon seul (du début à la fin).


    5) Violon seul (du début à la fin) avec repères Flûte ou Violoncelle.


    3) Flûte seule.


    4) Violoncelle seul.


    5) Clarinette Sib seule.


    6) Violon + Flûte + Violoncelle.


    7) Violon + Flûte + Violoncelle + Clarinette Sib.


2. Kyrie_pucelle

 Partitions imprimables au format PDF pour violon, flûte, violoncelle et clarinette Si bémol.

 Enregistrements MP3 de travail.
    La 440 Hz - Tempo 60 blanches / min.

    1) Violon seul (du début à la mesure 10).


    2) Violon seul (de la mesure 18 à la fin).


    3) Violon seul (du début à la fin).


    4) Violon seul (mais avec repères Flûte).


    5) Flûte seule.


    6) Violoncelle seul.


    7) Violon + Flûte + Violoncelle.


3. Gloria_bourgeois_bergers

 Partitions imprimables au format PDF pour violon, flûte, violoncelle et clarinette Si bémol.

 Enregistrements MP3 de travail.
    La 440 Hz - Tempo 60 blanches / min (partie en C barré) ou 120 noires / min (partie en 3/4).

    1) Violon seul (du début à la mesure 47).


    2) Violon seul (de la mesure 54 à la mesure 73).


    3) Violon seul (de la mesure 84 à la mesure 115).


    4) Violon seul (de la mesure 139 à la fin).


    5) Violon seul (du début à la fin).


    6) Violon seul (mais avec repères Flûte).


    6 bis) Violon seul avec repères Flûte, mais sans les mesures à compter (qui ont été supprimées en utilisant « Audacity »).


    7) Flûte seule


    8) Violoncelle seul


    9) Clarinette seule


    10) Violon + Flûte + Violoncelle


    11) Violon + Flûte + Violoncelle + Clarinette


    12) Violon + Flûte + Violoncelle + Clarinette (sans les mesures vides)
    Tempo = 60 à la blanche (C barré) et 120 à la noire (3/4)


    13) Violon + Flûte + Violoncelle + Clarinette (sans les mesures vides)
    Tempo = 80 à la blanche (C barré) et 160 à la noire (3/4)